Les aides à la douleur

Se faire aider

Vous avez mal et vous ignorez combien de temps cela va durer. Vous ne vous souvenez plus de ce que vous devez faire. Ne paniquez pas ! La sage-femme et le kinésithérapeute sont une aide précieuse. Dans le feu de l’action, elles vous rappellent comment réagir lors des contractions. Elles vous encouragent et elles vous décrivent le déroulement du travail. Si le futur papa est là, il peut vous masser le bas du dos, vous éponger le front avec une serviette mouillée, vous soutenir si vous désirez marcher. Et, bien sûr, vous encourager d’une parole ou d’un regard. Vous serez chouchoutée !

Relaxez-vous

Mettez en pratique vos cours de relaxation, cela vous évitera de paniquer dès la première forte contraction ! Respirez doucement et relâchez-vous. Entre deux contractions, profitez-en pour récupérer. Détendez vos muscles et fermez les yeux. Et surtout, dédramatisez : si le travail était un moment tellement douloureux, plus personne ne ferait de bébé depuis longtemps !

La péridurale

Cette anesthésie insensibilise le bas du corps, grâce au blocage des nerfs de la moelle épinière. Avant de recevoir l’injection, vous recevez une anesthésie locale afin d’insensibiliser le bas du dos. Parlez de la péridurale avec votre sage-femme au début du travail. 

Si vous choisissez la péridurale, ne vous culpabilisez pas : rien ne vous oblige à souffrir et à jouer les héroïnes en serrant les dents ! Au contraire, comme vous n’avez plus mal, vous bavardez avec le futur papa et vous arrivez, fraîche et dispose, en salle d’accouchement ! Mais les séances de préparation à l’accouchement sont toujours nécessaires car des raisons médicales peuvent contre-indiquer la péridurale.

Devenez membre La Boîte Rose

Plus de 800 euros d'avantages, dont l'accès à tous nos coffrets !

Advantages