Quelles sont les différentes manières d’accoucher ?

les différentes manières d’accoucher

Un accouchement est une étape importante : vous allez enfin rencontrer l’amour de votre vie. Ce moment unique doit être bien vécu par vous et par votre bébé, afin d’en garder un bon souvenir. Il existe plusieurs façons d’accoucher : que choisir ? On fait le point pour vous.

Pour un accouchement réussi, rédiger votre projet de naissance a toute son importance. Nous avons rassemblé, dans cet article, quelques pistes pour vous informer à propos des différentes possibilités.

Accouchement par voie basse ou césarienne

Accoucher par voie basse est la solution adoptée par la majorité des mamans. Quand la situation se présente bien (bébé dans une bonne position, bonne santé de la maman et du bébé, morphologie qui le permet…), l’accouchement naturel est souvent privilégié.

Certaines personnes préféreront parfois opter pour une césarienne. Vous vous posez peut-être cette question : peut-on choisir d’accoucher par césarienne ? C’est tout à fait possible. Cependant, il faut savoir qu’il s’agit d’une opération qui comporte toujours un risque. Informez-vous au maximum en demandant conseil à votre gynécologue ou à votre sage-femme.

Bien sûr, même si vous préférez accoucher par voie basse, vous pouvez faire face à des complications le jour J : bébé mal placé, détresse fœtale, bassin trop étroit, fatigue extrême… Dans ce cas, il se peut toutefois qu’une césarienne soit pratiquée.

Accouchement physiologique

Si vous souhaitez opter pour un accouchement le plus naturel possible (selon votre instinct, votre rythme, et celui de votre bébé), un accouchement physiologique vous plaira certainement. Il s’agit de respecter votre morphologie au maximum, et d’éviter d’avoir trop recours à la médicalisation si celle-ci n’est pas indispensable. L’écoute de votre corps est importante afin de vous approprier totalement votre accouchement.

Ce type d’accouchement peut être vécu chez vous, dans une maison de naissance, ou même au sein d’une salle d’accouchement spécifique à la maternité (salle physiologique, qui comprend souvent une baignoire, des ballons, des rideaux pour se suspendre…).

Si votre état de santé (ou celui de bébé) ne le permet pas totalement, ou si vous changez d’avis durant le travail (péridurale, fatigue, besoin d’être perfusée…), il est toujours possible de se rapprocher au maximum de cet aspect physiologique : n’hésitez pas à en discuter avec le personnel soignant qui vous accompagne.

Accoucher dans l’eau

Choisir de mettre son enfant au monde dans l’eau : c’est de plus en plus populaire. En effet, l’eau permet de vous détendre et de mieux gérer la douleur des contractions, vous êtes également plus mobile, votre col se dilate plus rapidement (et le travail est accéléré)…

Cependant, ce type d’accouchement comporte quelques inconvénients, et n’est pas toujours possible techniquement (infrastructures pas équipées, pas de péridurale, contre-indications…). Votre gynécologue ou votre sage-femme saura vous conseiller.

Accouchement à domicile, en maison de naissance ou en maternité

Accoucher à l’hôpital est très fréquent, mais ce n’est pas la seule solution. Si vous avez envie de vivre un accouchement physiologique, sans médicalisation, il est possible d’accoucher directement chez vous. Vous pouvez aussi opter pour l’entre-deux : la maison de naissance. Bien sûr, vous devez, pour cela, être en bonne santé, et avoir une grossesse qui se passe bien.

  • La maternité reste toujours plus sûre pour vous et votre bébé. S’il y a des complications, vous êtes directement prise en charge avec l’équipement et le personnel dont vous et votre bébé avez besoin.
  • L’accouchement à domicile est une possibilité à envisager si vous souhaitez bénéficier du confort de votre chez-vous. Vous pouvez toujours être accompagnée par une sage-femme ou une doula.
  • Si souhaitez un accouchement hors des structures médicales, mais tout en restant à proximité au cas-où, une maison de naissance est une bonne alternative. En effet, vous êtes assistée par des sage-femmes, et en cas de pépin, vous êtes directement transférée vers l’hôpital (les maisons de naissance sont souvent situées à proximité).

Gérer la douleur : péridurale, hypnose, sophrologie, et autres techniques

La péridurale est souvent utilisée, en milieu hospitalier, pour gérer la douleur des contractions. Cette anesthésie vise à insensibiliser le bas du corps. Elle peut vous apporter un grand soulagement durant le travail, mais elle n’est pas toujours efficace à 100 %. Elle ne peut pas, non plus, être administrée à n’importe quel moment. Apprendre à gérer les contractions autrement est donc toujours une bonne idée.

Si vous souhaitez opter pour un accouchement sans péridurale, ou si vous souhaitez la retarder au maximum, il existe d’autres alternatives pour soulager la douleur :

  • L’hypnose et la sophrologie : ces disciplines vous permettent de vous conditionner mentalement afin de mieux appréhender et gérer la douleur. Elles permettent aussi de réduire le stress avant ou après l’accouchement.
  • Chant prénatal : les vibrations produites par la chant sont bénéfiques pour gérer la douleur des contractions.
  • Les massages pour détendre les zones tendues lors du travail.
  • La stimulation des cinq sens : odeurs agréables, bouillotte chaude ou compresse froide, photos réconfortantes, musique…

Il existe bien d’autres manières d’appréhender la douleur lors d’un accouchement. N’hésitez pas à en parler avec votre sage-femme ou doula, qui saura vous apporter des conseils avisés.

Devenez membre La Boîte Rose

Plus de 800 euros d'avantages, dont l'accès à tous nos coffrets !

Advantages