"Nous n'avons pas été autorisés à lui dire au revoir"

la perte d'un enfant

Kathleen (40 ans) est devenue maman de son fils Lou après avoir participé pendant 7 ans à un projet de fertilité, mais elle a dû l'abandonner à nouveau. Aujourd'hui, elle soutient les autres dans leur processus de deuil en tant qu’accompagnatrice du deuil avec sa société Lou'k Up et est également la fière maman de sa fille Dot (3 ans). "Ce que vous avez tant désiré vous est enlevé en une fraction de seconde".

"Koen et moi sommes ensemble depuis 21 ans maintenant et nous avons très vite su que nous allions avoir des enfants", commence Kathleen. "Alors à un moment donné, j'ai arrêté de prendre la pilule et nous allions laisser la nature faire son travail. Mais après dix-huit mois, rien ne s'était produit et, entre-temps, des amis et des membres de la famille étaient tombés enceintes. Nous sommes donc allés chez le gynécologue et on nous a examinés de fond en comble, Koen et moi. Les médecins n'ont cependant rien trouvé. Nous sommes passés à l'insémination, mais là aussi toutes les tentatives ont échoué. Une fois, j'ai eu une grossesse de 11 semaines, mais ça s’est soldé par une perte de grossesse. La première de toute une série, même après qu'on soit passé à la FIV."

"Nous n'avions dit à personne que nous avions tant de mal à tomber enceinte. Nous l'avons gardé pour nous jusqu'à ce que nous en soyons à notre troisième tentative de FIV. Puis, je n'ai plus pu le cacher. Je travaillais comme enseignante en maternelle et je devais constamment me rendre à l'hôpital ou m'arrêter en route vers l'école pour me faire une injection d'hormones. J'avais l'air d'une droguée et j'ai finalement dû le dire parce que je m'absentais trop souvent du travail. Quand le monde extérieur est au courant, ça vous met toutefois une pression supplémentaire. Je trouve qu'en tant que couple, nous l'avons géré étonnamment bien. Koen et moi nous sommes toujours retrouvés dans ce processus. Il m'a également dit que je pouvais toujours dire jusqu'où je voulais aller ou combien de fois je voulais essayer, car tout ce que lui avait à faire était de remettre son échantillon, mais pour moi, ça implique tout plein de tracas hormonaux et physiques. »

Plus une seconde de paix

"Entre-temps, vous voyez aussi les gens autour de vous avoir des bébés. Je me souviens encore du moment où mon beau-frère et ma belle-sœur ont annoncé qu'ils étaient enceintes. Leur fils a cinq mois de plus que Lou et ça a tout de même été pénible. Ils avaient déjà une fille et nous avions espéré faire entrer le premier garçon dans la famille, mais le destin en a décidé autrement. Quelques mois plus tard, nous avons quand même pu annoncer que nous attendions un enfant."

"Quand il s'est avéré que j'étais enceinte, je n'ai presque pas osé y croire au début. C'était une période poignante, aussi parce que nous avions déjà subi plusieurs pertes de grossesse. Nous n'étions plus à l'aise une seule seconde. À la moindre chose que je ressentais, ou ne ressentais plus, je m'inquiétais. J'étais encore dans l'enseignement à l'époque et, en décembre, j'avais fait une chute brutale sur un élément de plaine de jeu. À partir de janvier, j'ai été autorisée à rester à la maison, car avec d'autres enfants, il y a quand même toujours un risque. Pendant ma grossesse, j’ai aussi été très malade, mais cela ne me dérangeait pas tant que ça, car je savais alors que j'étais toujours enceinte."

Un boute-en-train

"La naissance de Lou n'a pas été facile non plus. On a fini par pratiquer une césarienne d'urgence parce que je n'avais pas de dilatation et que tout a pris trop de temps. Puis, l'anesthésie ne s'est pas dissipée assez vite et ils ont dû me reconnecter aux machines parce qu'ils étaient inquiets. Mais dès que j’ai regagné ma chambre avec Lou, ça a été divin. Un si petit et si gentil garçon avec de beaux yeux bleus. C'était enfin réel."

"Pendant cette période, j'ai pris tous les congés possibles pour être toujours à la maison avec Lou. Avec le recul, je suis encore plus reconnaissante pour cette période et les beaux moments que nous avons passés ensemble. Lou était un garçon très joyeux, un vrai boute-en-train. Il y a peu de photos où il n'est pas heureux. Même quand il a eu la varicelle, il a continué à rire."

Une fraction de seconde

"Quand Lou avait 11 mois, il a eu un rhume et ne se sentait vraiment pas bien. Je savais qu'il dormirait mieux dans la voiture et comme je devais faire une livraison à Nijlen, je suis parti avec lui sur le siège arrière. Sur le chemin du retour, à 5 kilomètres de notre maison, un camion nous a percutés. Lou est mort sur le coup. J'étais consciente tout le temps et j'ai tout vécu au ralenti. Je me souviens avoir regardé en direction du siège arrière et la voiture autour de nous avait disparu, il n'en restait rien. J'ai immédiatement vu que ce n'était pas bon et qu'en fait il n'était déjà plus là. Sous l'effet de l'adrénaline, j'ai cherché mon téléphone entre les débris éparpillés dans la rue et j'ai appelé l'ambulance. Des passants sont venus aider, mais à partir de là, tout a été un trou noir."

"Ce que vous avez désiré et attendu avec impatience toutes ces années vous est enlevé en une fraction de seconde. C'est encore difficile tous les jours. Mais la chose la plus gentille que Koen ait pu dire à l'hôpital, c'est que je ne pouvais rien y faire et que nous étions simplement au mauvais endroit au mauvais moment. C'était important pour que notre relation perdure. J'ai quitté l'hôpital à mes risques et périls parce que je voulais rendre les adieux de Lou aussi personnels que possible. J'ai simplement rangé la boîte de médicaments dans le placard et je ne l'ai plus regardée ; pendant quinze jours, j'ai purement été en mode survie."

Un îlot de tristesse

"Nous n'avons pas pu lui dire adieu et la dernière image que j'ai de lui n'est vraiment pas bonne. J’ai eu très difficile avec ça, le fait que nous n'étions pas autorisés à lui tenir la main ou un truc du genre. Il faut pouvoir le sentir une dernière fois, avoir l’opportunité de lui dire au revoir. C'est pourquoi j'ai pensé qu'il était important que ses adieux soient très personnels. Je trouve que ‘collation d’enterrement’ est un terme affreux, mais pendant les funérailles de Lou, nous avons mangé tout ce qu'il aimait. À 11 mois, bien sûr, ça n'est pas encore grand-chose, alors nous avons eu des glaces, des fricadelles, des melons, des fraises et un peu de tout mélangé. Beaucoup de gens sont venus dire combien ses adieux étaient beaux."

"Après, chez soi, on tombe toutefois dans un trou noir. Tout vous fait penser à lui et vous ne voulez vous débarrasser de rien, mais vous ne pouvez pas non plus voir ça. C'était aussi le début des grandes vacances à l'époque et j'étais dans l'enseignement, donc j'avais beaucoup de temps pour savoir ce que j'allais faire. On s’efforce chaque jour de se lever et de tenir le coup. Nous avons eu beaucoup de respect pour la façon dont l’autre faisait son deuil. Je suis un livre très ouvert et je disais les choses comme je les pensais, aussi quand nous avions par exemple de la visite, fort contre mon gré. Alors que Koen est très fermé et préfère qu'on le laisse tranquille. Nous étions chacun sur une îlot de tristesse, mais nous avons toujours gardé le pont entre nous. Cela a fait en sorte que nous nous aimons toujours autant, voire plus qu'avant. »

Lou'k up

"En septembre, Koen a voulu retourner au boulot parce qu'il avait hâte de retrouver la routine et la structure, mais je ne voulais vraiment pas retourner à l'enseignement. J'ai commencé l'année scolaire, mais à la mi-octobre, le médecin m'a renvoyée chez moi pour un mois supplémentaire. C'était très difficile de s'occuper d'autres bambins quand on ne peut plus câliner son propre enfant. C’est alors que j'ai décidé de me recycler et j'ai suivi des cours pour devenir conseillère en deuil, accompagnatrice du deuil, etc. J'ai pensé que je pouvais être un soutien pour d'autres personnes, car j'avais moi-même l'expérience des traitements de fertilité, des pertes de grossesse et de la perte d'un enfant. Puis, un an après la mort de Lou, le jour de son anniversaire, nous avons fondé Lou'k Up."

"Je le fais encore aujourd'hui de tout mon cœur, mais c'est très intense. Cet été, 4 autres enfants sont décédés, dont un le même jour que Lou. Quand vous parvenez alors à voir comment organiser un adieu comme les parents se l’imaginaient alors qu'ils n'ont pas l'énergie pour le faire eux-mêmes, c'est la plus belle chose que vous puissiez faire pour quelqu'un au moment le plus difficile de sa vie. Le fait que j'ai vécu la même chose me donne aussi voix au chapitre. Je sais ce qu'ils ressentent et je leur dis que tout ce qu'ils ressentent est justifié. Lou'k Up était la seule option pour nous d'aller de l'avant et je veux soutenir les autres à progresser prudemment, malgré les choses horribles que l’on rencontre dans la vie."

Rayon de soleil Dot

"Le manque était si grand que j’ai voulu remettre en marche le manège de la FIV. Il s’en est suivi une nouvelle série de tentatives et de pertes de grossesse ; au total, nous en avons eu un tas. Jj'ai toutefois fini par tomber enceinte à nouveau. Pendant cette grossesse, la tension et l'anxiété étaient encore plus fortes. Dot est née après une césarienne planifiée qui, là encore, n'a pas été facile. Dot est vraiment la version féminine de Lou, avec ses cheveux blonds et ses grands yeux bleus."

"Elle sait qu'elle a un frère qui est au ciel avec son grand-père et elle gère cela très bien. Nous en parlons très ouvertement, nous utilisons des photos pour parler de son frère afin qu'elle apprenne à le connaître, et nous avons également écrit un livre pour enfants pour raconter cette histoire. Nous sommes une famille de quatre personnes. Au cours de la première année, nous avons souvent comparé Dot à Lou, mais entre-temps, cette comparaison s’est éclipsée. Nous nous demandons souvent comment Lou aurait été aujourd'hui et s'ils se ressembleraient encore. Je suis très reconnaissante que nous ayons finalement réussi à avoir des enfants, car ce n'est pas donné à tout le monde."

Devenez membre La Boîte Rose

Plus de 800 euros d'avantages, dont l'accès à tous nos coffrets !

Advantages